Soutien scolaire : quelle évolution sur les réseaux sociaux ?

En janvier 2013 Ozil Conseil vous proposait une étude sur la présence de six organisme majeurs du soutien scolaire français sur les réseaux sociaux. Un an après, les choses ont-elles changé ? 

Méthodologie

L’étude Ozil Conseil 2014 s’intéresse à six organismes de soutien scolaire jugés incontournables en France : Acadomia, Anacours, Complétude, Cours Legendre, Domicours, Keepschool. Pour chaque enseigne nous avons recueilli à la date du 26 janvier 2014 le nombre d’abonnés sur Facebook, Twitter, Google+, LinkedIn, et le nombre de vues sur YouTube. Nous avons ensuite comparé ces chiffres à ceux de l’étude 2013 pour avoir une idée précise de l’évolution annuelle. Les chiffres 2013 avaient été recueillis le 21 janvier 2013.

Nous avons ajouté aux critères d’analyse de notre étude le comptage du nombre d’abonnés de la page entreprise LinkedIn. Tous ces organismes travaillent en effet la plupart du temps avec de jeunes enseignants, et ont donc des relations B to B avec eux : l’optimisation de la visibilité de l’entreprise via une page entreprise LinkedIn, voire via les récentes pages vitrines, devient dès lors un facteur de visibilité potentielle décisif.

Dans les tableaux de résultats, les cases jaune doré désignent le meilleur résultat obtenu dans cette catégorie.

Voici l’analyse de chaque enseigne concernée présentée par ordre alphabétique.

Acadomia

Acadomia

Leader toujours incontesté du soutien scolaire, Acadomia ouvre également la marche sur au moins deux réseaux sociaux : Twitter tout d’abord, avec 294 followers (dont 39% en plus par rapport à 2013), ce qui marque une sous-exploitation évidente pour un outil d’un tel potentiel ; LinkedIn ensuite, avec 1500 abonnés à sa page entreprise.

Côté Facebook, la page poursuit une croissance modérée, la plus basse du peloton d’ailleurs. La page Google+ progresse significativement, mais reste en-deçà des 50 abonnés. Quant à YouTube, le nombre de vues augmente d’une année sur l’autre de 9%, ce qui suppose là encore une absence de stratégie réelle via cet outil.

Anacours

Anacours

Si Anacours est présent sur tous les réseaux sociaux de l’étude, l’enseigne semble n’en exploiter réellement le potentiel d’aucun : seul YouTube marque une étonnante croissance du nombre de vues grâce à des vidéos abordant les problématiques des constructions du commentaire littéraire et de la dissertation notamment. Mais cettte bonne surprise semble n’avoir mis la puce à l’oreille de personne : la page Facebook, en progression malgré tout, stagne en-dessous des 1000 abonnés, la page Google+ à moins de 25 abonnés, le compte Twitter  à moins de 50 followers.

Complétude

Complétude

Complétude possède la page Facebook la plus suivie du peloton, avec plus de 3 700 abonnés. Cette année a d’ailleurs été marquée par une croissance de 44% du nombre d’abonnés. Mais au-delà de ce fait, Complétude reste quasi invisible en 2013 sur la plupart des autres plates-formes : le compte Twitter n’a toujours pas tweeté et reste verrouillé, et la chaîne YouTube marque une faible progression par le seul fait du référencement interne au réseau social. Notons toutefois l’intérêt que suscite l’enseigne sur LinkedIn, avec plus de 500 abonnés – et ce alors que la page entreprise est à l’abandon.

Cours Legendre

Cours Legendre

Les Cours Legendre ont à la fois le plus grand nombre d’abonnés sur Google+ (avec 58 abonnés toutefois, ce qui relativise la portée de ce podium) et le plus grand nombre de vues sur YouTube, avec près de 60 000 vues. Si l’enseigne reste également présente sur les autres réseaux sociaux de l’étude, elle est loin d’en avoir fait un fer de lance de sa communication : si elle dépasse les 600 abonnés sur Facebook (avec tout de même 36% d’augmentation), elle n’atteint pas les 150 followers sur Twitter.

Domicours

Domicours

Domicours fait preuve d’une constance remarquable dans la mise en oeuvre de sa stratégie médias sociaux. A noter que dans certains cas il vaut tout de même mieux se tenir loin des réseaux sociaux que d’y tenir une (absence de) ligne éditoriale contre-productive.

KeepSchool

Keepschool

KeepSchool était l’an dernier absent de Twitter et de Google+ : ce n’est désormais plus le cas, même si cette présence nouvelle semble hasardeuse dans sa mise en oeuvre au vu des 22 followers et 7 abonnés conquis sur les deux réseaux sociaux concernés. La page Facebook est elle en progression modérée, avec plus de 1200 abonnés en ce début d’année. La progression des vues sur YouTube reste anecdotique, avec 15% d’augmentation.

Twitter, le baromètre

Examinons maintenant de plus près les dates des derniers tweets (toujours au 26 janvier 2014) des enseignes présentées à l’instant :

Twitter

Laissons de côté les deux enseignes qui n’ont jamais tweeté. Sur les quatre restantes, aucune d’entre elles n’a tweeté depuis moins d’un mois et demi, et l’une d’entre elles n’a d’ailleurs plus tweeté depuis plus de 4 ans.

Or Twitter est justement un baromètre en matière de communication web : il s’agit certainement du réseau présentant le plus gros potentiel de diffusion d’expertise, tout en restant un outil à la réactivité redoutable face à l’actualité. Certaines marques l’ont compris et ne se sont pas privées d’en exploiter l’opportunité ces dernières semaines.

Les enseignes du soutien scolaire pourraient également bénéficier d’une telle visibilité : les occasions ne manquent pas, surtout lorsqu’au détour d’un tweet le Premier ministre du gouvernement en place incarne justement l’expertise de leur marché, comme ce fut le cas il y a quelques jours :

Retweeté plus de 600 fois à ce jour, ce tweet aurait ainsi pu devenir l’occasion rêvée pour communiquer via Twitter, puis ailleurs également ensuite, notamment autour du métier d’enseignant tel qu’il est exercé tous les jours au sein des organismes de soutien scolaire. Bien menée, et appuyée sur une communauté solide, une exploitation intelligente de cette actualité aurait mis à jour un potentiel énorme en termes de valorisation d’image.