Le rôle désormais central de Twitter dans la communication politique de crise

Si on laisse de côté les aspects people et politique de l’affaire, il est une chose que la récente séparation de François Hollande et Valérie Trierweiler aura apprise à ceux qui n’en étaient pas encore convaincus : il est désormais difficile de faire l’économie de Twitter dans le cadre d’une communication politique de crise.

L’importance de la biographie de Twitter

Pour bien comprendre tout l’enjeu et le poids de Twitter dans les événements qui se sont déroulés au plus haut de l’Etat français depuis quelques temps, il faut se projeter plusieurs semaines en arrière. Le vendredi 10 janvier 2013, Closer publie des photos qui feront le tour du monde. Un vent de panique fébrile souffle alors sur la France dans l’attente d’une confirmation ou d’une information au plus haut niveau. Soudain une rumeur parcourt Twitter : Valérie Trierweiler aurait supprimé de sa biographie Twitter la mention Première dame, officialisant ainsi une rupture qui dans les faits viendra deux semaines plus tard.

En fait cette rumeur était basée sur une confusion : le profil Twitter de Valérie Trierweiler n’avait jamais mentionné le titre de Première dame, laissant ce statut à son profil officiel, @infosvaltier, supprimé depuis. L’alerte reste cependant révélatrice : les 160 caractères d’une biographie Twitter sont désormais considérés comme étant le baromètre de l’actualité d’une personnalité publique. Pour celle ou celui qui sait en optimiser l’usage, Twitter permet donc de changer de posture médiatique, voire de statut social, sans prononcer un mot.

Le porte-voix exclusif de @valtrier

A cela s’ajoute l’utilisation effective de Twitter durant ces semaines flottantes. Ce fut notamment le choix de Valérie Trierweiler de ne communiquer que très peu, sous un angle informel et de façon très ciblée : Twitter devenait l’outil idéal. Son premier tweet depuis le début de l’affaire fut envoyé le 18 janvier , à la sortie de l’hôpital où elle se reposait. Il s’adressait à ses soutiens, publics comme privés :

Quelques mots pour réagir à un séisme : Twitter est définitivement le média de la litote. Mais tout est dit pourtant : l’évocation publique de son drame personnel au travers des mots « soutien » et « rétablissement » officialisent sa douleur et sa blessure. Son ressenti, via l’expression « très touchée », la positionne en tant que personne sensible, voire en demande d’empathie. Enfin, le terme « du fond du coeur » se veut englober le tweet tout entier dans une sincérité absolue, rendue plus crédible encore par l’appui des messages de soutien évoqués derrière.

Valérie Trierweiler réagira à nouveau sur Twitter après l’annonce officielle de sa séparation par François Hollande :

A nouveau, le profil Twitter est utilisé non pour annoncer un fait, mais pour l’officialiser, en renseignant conjointement sur l’état d’esprit affiché de sa propriétaire. Par-là elle décide de laisser de son passage à l’Elysée non le souvenir blessé d’un statut perdu, mais celui de relations humaines quasi fraternelles.

Le symbole de la suppression de compte Twitter

Et même sans les mots, même sans les 140 caractères d’un tweet, Twitter permet encore de communiquer en période de crise, voire de tourner une page difficile. Deux heures après l’annonce de la séparation officialisée auprès de l’AFP, le compte Twitter @infosvaltier, symbole du statut officiel de Madame Trierweiler, était sabordé.

valtrier

Parce qu’animé par les personnes qui travaillaient directement pour Valérie Trierweiler à l’Elysée (un chef de cabinet, une chargée de mission), ce compte Twitter s’est ainsi révélé par sa suppression être le premier symbole du changement intervenu. Plus qu’un uniforme, plus qu’un papier officiel, c’est  le profil Twitter qui accrédite un statut officiel, et c’est sur Twitter que se nouent et se dénouent les enjeux propres à une fonction.

Twitter est ainsi devenu l’outil privilégié de la communication politique en période de crise : si une personnalité vient à traverser un moment difficile de sa vie publique, c’est vers son profil Twitter que se tourneront aussitôt tous les regards. Et si sa maîtrise de l’outil est avérée, c’est certainement par ce biais qu’elle sculptera en  140 caractères le tweet à même de déminer sa situation et par-là de dégager son horizon médiatique.

Les EchosArticle publié dans Le Cercle Les Echos.